Meysbol, sa tour eiffel tatouée dans le dos… parce que tout commence par un rêve. Ou comment le français se vit au Costa Rica.

Meysbol

Crédit photo: Conrad Vitasse.

Meysbol était assise pour le lancement du livre de Serge Bilé « Le seul passager noir du Titanic » à Montréal. Je ne voyais que son dos. En fait, j’ai surtout remarqué cette grande et belle tour Eiffel tatouée sur son dos. Pas une petite Tour Eiffel, une grande, prenant une large partie de son dos, avec cette inscription, que l’on devine malgré les entrelacs de sa robe: « Tout commence par un rêve ». Pour Meysbol, qui vit à un gros trois heures de route de la capitale du Costa Rica, San José, vous l’avez deviné, son rêve était de voir la Tour Eiffel, voir Paris. Impossible, lui disait-on. Mais voilà, Meysbol, quand on lui dit que ce n’est pas possible, elle voit ça comme un défi. Rien n’est impossible. C’est son mantra. Alors, elle se l’est gravée dans le dos sa Tour Eiffel, elle l’a même sur son étui de téléphone portable. Et c’est comme ça que j’ai appris qu’au Costa Rica, le français est obligatoire au secondaire pendant deux ans. On écoute ça, reportage pour Radio-Canada.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s