Le débat et Issa…

Issa, je l’ai rencontré la première fois il y a 8 ou 9 ans. Il portait un grand boubou bleu clair qui faisait ressortir ses yeux  bleus. Il ne m’avait pas donné rendez-vous à l’Office national des anciens combattants à Dakar, un grand immeuble dans le centre-ville où les anciens combattants, les tirailleurs sénégalais, se retrouvent sur un banc pour un brin de jasette, leurs décorations bien accrochées au niveau de leur cœur. Non, Issa m’a donné rendez-vous chez lui, dans sa petite villa toute simple. Assis sur son canapé, nous avons ressassé ses vieux souvenirs, à l’aide de photos. A 83 ans, sa mémoire ne lui faisait pas du tout défaut.

Issa, le sourire en coin, le regard malicieux, on sentait le Don Juan qu’il a pu être et qu’il était encore un peu, me racontait sa guerre. La France a besoin de nous? On ne se pose pas de questions, on y va. C’est comme cela qu’Issa s’est engagé pour venir sauver la France, sans se poser de questions…

Les questions, finalement, il se les pose des dizaines et des dizaines d’années plus tard. Il se retourne, me fixe et me raconte l’accueil qu’ils avaient reçu à l’époque: on les invitait à table, les filles aimaient virevolter dans leurs bras pendant les bals, et les copains de tranchées aimaient partager une clope avec eux… Issa ne comprenait pas pourquoi maintenant les étrangers étaient si mal accueillis et encore moins comment on a pu oublier la signification des décorations (mais m’assurant que les copains de tranchées, eux ne les ont pas oubliés) …

Issa et moi nous sommes revus plusieurs fois. Je lui ai même ramené des cartes avec le drapeau canadien une fois, de retour de voyage du Canada. Il avait souri. On se téléphonait, on se voyait, on se croisait au défilé du 14 juillet où les tirailleurs aiment se montrer, fiers d’avoir servi la France.

Et puis un jour Issa n’a pas décroché. Une autre fois, boîte vocale. Je ne sais pas s’il a décidé d’aller danser là-haut…

Je vais retrouver une photo d’Issa dans mes archives, j’en ai…

Pourquoi je pense à Issa si fort aujourd’hui? Je ne sais pas. J’ai écouté, lu, discuté sur le débat pour la présidentielle française … et Issa est apparu, souriant dans son boubou bleu clair.

 

 

PS: Pas d’autres numéros pour retrouver Issa et ai pas réussi à retrouver sa maison… et mine de rien, j’préfère croire qu’il est encore là…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s