Une longue nuit au Mali… et des longs lendemains.

On s’en doutait. Mais ce n’était qu’un pressentiment. Et maintenant que la CEDEAO a tenté un coup de force, les cartes tombent. Oui, le Capitaine Amadou Sanogo espérait prendre le pouvoir dans les 40 jours.

17 des 40 jours de la transition ont passé déjà. Mis à part la nomination d’un gouvernement et quelques décisions pour placer les pièces sur l’échiquier, il ne s’était pas passé beaucoup.

 Quand la CEDEAO a annoncé unilatéralement vendredi dernier que la transition serait étendue d’un an, personne n’a été véritablement surpris dans les rues de Bamako ou auprès ceux qui suivent de près la situation.

Seule la junte a semblé surprise. Et a fait un soubresaut. Du coup, les médiateurs de la CEDEAO, le burkinabé Djibril Bassolé et l’ivoirien Adama Bictogo, ont encore fait un aller-retour pour venir tenter d’apaiser la situation. À Kati, c’est avec une brique et un fanal qu’on les a entendu. Des putschistes ont sorti leurs armes et le Capitaine Sanogo a clairement voulu montrer qu’il serait le maitre du pays dans 22 jours. « La Cédéao a pris de façon unilatérale des décisions qui ne nous engagent pas », a affirmé le capitaine Sanogo. « Le président intérimaire ne fera que 40 jours. Au-delà, je prendrai mes responsabilités, »a-t-il declare à Jeune Afrique.

Sanogo a réitéré sa position: il ne veut pas d’une mission de la CEDEAO. Il veut un « support logistique ». On peut interpréter cette demande de bien des façons, mais, clairement, Sanogo veut des armes et du matériel pour lutter dans le nord. Et du coup, possiblement augmenter son poids dans l’échiquier politique. Ou tout simplement avoir les moyens de ses ambitions.

 

L’évidence, c’est que les militaires veulent toujours contrôler le pouvoir. Leur support s’effrite cependant auprès de la population qui voyait en lui ceux qui mettraient fin au régime des « mangeurs » de ATT. Mais son cynisme a légèrement augmenté au cours des derniers jours. Une dame, dans la rue, m’a glissé « Maintenant qu’ils ont gouté à l’argent, aux grosses villas et aux 4×4, ils vont devenir les prochains ATT ».

Puis, idée leur est pris de préemptivement s’attaquer aux bérets rouges en tentant d’arrêter un de leurs leaders. Ce n’est pas le premier épisode du genre. Le CNRDRE avait déjà tourné à un de ses seuls supporteurs de la classe politique, Oumar Mariko. Et la nomination d’un gouvernement, plutôt que de tendre la main, a isolé le régime.

L’issue des combats au moment est imprécise. En fait, on ne sait même pas qui combat qui. Pour être franc, on ne sait véritablement rien à cette heure. On prétend que ce serait des « bérets rouges » contre des putschistes. Des combats auraient lieu à Koulouba, à l’aéroport et à l’ORTM. Bamako est tout de même sporadiquement titillée par le bruit des coups de feu et de l’artillerie.

Demain matin, on trouvera les réponses aux question qui, quoi, quand, où. Peut-être le Mali aura un nouveau leader même.

Mais il restera toujours la question à savoir comment gérer la crise du nord et comment assurer la sécurité au sud. L’armée est plus désunie que jamais. Si jamais elle se réunie, on se pose de sérieuses questions sur sa discipline et sur sa capacité à entreprendre une expédition militaire. La junte n’a pas réussi à mettre un pays sous le contrôle de l’armée. Car l’armée a été éliminée. Enfin, c’est plus un euthanasie qu’un meurtre. Sa déconfiture face aux Touaregs le prouve. Oui, les Touaregs étaient mieux armés et avaient une expérience de combat. Mais oui l’armée malienne était en piteux état.

Capitaine Sanogo et ses putschistes n’ont réussi qu’à achever une force de sécurité déjà moribonde. Demain, quand on se réveillera, quelqu’un ne contrôlera pas Bamako. Peu importe qui, on sait très bien que, désormais, avoir un uniforme et un fusil ne veut plus rien dire. Les militaires ont été détruits par leur orgueil mal placé, par leur envie de bomber le torse alors qu’ils étaient pieds nus. Et tandis que nous faisons face à une mauvaise représentation de « The Lords of the Flies », ce sont les Maliens qui écoperont.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s