Tanor, la classe…

Il en rêvait de ce fauteuil, lui qui l’a effleuré du bout des doigts, lui qui a dû se contenter de s’asseoir à la droite de son père, Abdou Diouf, à l’époque sans pouvoir y siéger, car un vieil opposant lui a soufflé la place il y a 12 ans. Ousmane Tanor Dieng aura tout essayé, mais les éternelles querelles au sein de l’opposition lui auront fait du tort, autant qu’à Moustapha Niasse, devenu son allié. Lui même qui avait contribué à sa défaite en 2000. Ousmane Tanor Dieng s’incline. Certainement sa dernière présidentielle. Avec sa veste en cuir marron, dimanche soir il était aux côtés de Macky Sall, saluant sa victoire… mais aussi et surtout saluant le coup de fil surprise qu’Abdoulaye Wade a fait, à peine 3h30 après la fermeture des bureaux de vote, à Macky Sall.

Tanor, la classe

Tanor, quand même… classe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s