Ndiombor, ndiomborton ak mbonnat

Le lièvre, le levreau et la tortue, ou le remix sénégalais d’une fable de la Fontaine.

(Abdou)Laye Ndiombor

Idy-Ndiomborton

Macky-Mbonnat

Vous connaissez la fable de Jean de la Fontaine, celle où la tortue arrive finalement avant le lièvre.

Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
Ndiombor,  ndiomborton ak mbonnat en sont un témoignage.

Macky-Mbonnat a toujours été sage et a toujours attendu son tour, laissant et regardant Idy-Ndiomborton avancer tête baissée, s’approcher de la ligne d’arrivée….
Gageons, dit Mbonnat, que vous n’atteindrez point
Si tôt que moi ce but.

Si tôt ? Êtes-vous sage ?
Repartit Ndiomborton, sous l’œil amusé de (Abdou)Laye Ndiombor qui lui se tient sur la ligne d’arrivée depuis quelques années. Une ligne qu’il chérit tant qu’il ne veut pas la voir couper ni par Mbonnat, ni par Ndiomborton.

Tellement sûr de lui aussi que Laye Ndiombor lui-même s’est remis sur la ligne de départ.

Notre Ndiombor n’avait que quatre pas à faire ;

Mais c’est Ndiomborton qui a commencé à le dépasser, trop rapidement, trop en avance. Alors Ndiombor a lâché ses chiens qui, d’un coup de gueule, ont ramené le petit Ndiomborton à la case départ, en passant par la case prison. Et ils se tiennent prêts à japper et à mordre si dorénavant Ndiomborton n’avait compris la leçon.

Fils tu es, fils tu restes. Un levreau ne dépasse pas un lièvre, même dans les fables de la Fontaine.
Ndiombor- le lièvre se promène pendant 12 ans,
Ayant du temps de reste pour brouter,
Pour dormir, et pour écouter
D’où vient le vent, il laisse Mbonnat-la tortue
Aller son train de Sénateur.
Elle part, elle s’évertue ;
Elle se hâte avec lenteur.
Lui cependant méprise une telle victoire ;
Tient la gageure à peu de gloire ;
Croit qu’il y va de son honneur
De partir tard. Il broute, il se repose,
Il s’amuse à toute autre chose
Qu’à la gageure. À la fin, quand il vit
Que l’autre touchait presque au bout de la carrière,
Il partit comme un trait ; mais les élans qu’il fit
Furent vains : la Tortue arriva la première.
Eh bien, lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
De quoi vous sert votre vitesse ?
Moi l’emporter ! et que serait-ce
Si vous portiez un palais?

Car de palais, Mbonnat point n’en avait avant la ligne d’arrivée

Et désormais, de ce palais, sa résidence il en fait.

(Enfin dans ses rêves après le 18 mars…)

Photos: Marie-Laure Josselin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s